CHERCHER :

Boisbuchet exploite le bambou et ses representations

Simon Vélez et Maria Blaisse,

Maria Blaisse veut démontrer la souplesse du bambou.

Le pavillon chinois

A Lessac (16), le domaine de Boisbuchet est consacré au design et à l’architecture. Des artistes du monde entier viennent ici. C’est le cas actuellement, avec deux expositions qui font la part belle au bambou.

Un château, 150 hectares de verdure, 420 étudiants accueillis l’été dernier,… Bienvenue au Domaine de Boisbuchet à Lessac (16).
Ici se mêlent des sortes de constructions expérimentales qui innovent par leur technique employée ou par les matériaux utilisés. La maison d’hôtes japonaise, la pyramide, le pavillon du fourneau témoignent de cette recherche d’innovation. Et dernière inspiration du propriétaire du domaine, Alexander von Vegesack : le bambou !

Deux nouvelles expositions sont présentes jusqu’au 30 septembre.
La première se situe dans le château, autour du travail de Maria Blaisse, d’origine hollandaise. Des structures en bambou, dans chaque pièce, afin de démontrer sa grande

maniabilité. D’ailleurs, au détour d’une salle, un film est projeté : il représente une danseuse utilisant les œuvres de Maria Blaisse. «Il n’y a pas de loi qui permette la construction en bambou, on ne peut s’en servir uniquement pour la décoration. Par ce travail débuté en 2008, j’ai voulu montrer la forme, le mouvement de ce matériau. On ne dirait pas au premier abord, mais il est très souple en fait», explique l’artiste.

Le parc est, quant à lui, agrémenté d’une exposition représentant les constructions du Colombien Simon Vélez. Cet homme, issu de quatre générations d’architectes, a bâti ponts, cathédrales, résidences privées,… en bambou et dans toute l’Amérique du sud. Les photos représentant ses œuvres sont accompagnées de petits textes expliquant brièvement le contexte de l’élaboration et de la construction. Cette exposition de plein air est visible un peu par- tout, en se baladant dans le domaine.

Un pavillon chinois en construction

En avril 2011, le domaine de Boisbuchet a obtenu le label Pôle excellence rural (PER). Soit des subventions accordées autour de quatre projets à réaliser d’ici 2015.

Grande nouveauté en ce moment sur le site : la construction du pavillon chinois de l’architecte Allemand Markus Heinsdorf, donné par la Chine. Composé de bambou et de polycarbonate, ce bâtiment pourra servir de maison de conférence d’une contenance de 140 à 160 personnes. Actuellement, les ouvriers montent la structure et le parquet. Ce pavillon chinois complètera le circuit tout public du domaine d’ici deux semaines environ. Et Alexander von Vegesack a plus d’une idée en tête pour développer son domaine : prévoyez la transformation de l’ancienne porcherie en bibliothèque de 30 000 livres consacrés au design et issus de sa collection personnelle !

Les ateliers proposés forment l’essence même du lieu : «Nous accueillons des étudiants du monde entier. L’année passée a fait la part belle aux Etats-Unis et les universités de Person et Pratt, reconnues dans le monde du design et des arts, sont inscrites cette année. L’Asie, en particulier la Corée du sud ou Taiwan, envoient leurs designers qui, ensuite, travailleront pour des grandes sociétés mondiales», souligne Alexander von Vegesack. Deux nouveaux ateliers pour ces stagiaires sont prévus, de 200m2 chacun et de nouveaux hébergements sont en projet. Le château n’est pas en reste puisque le label comprend aussi sa remise en état pour les expositions permanentes et ainsi accroître l’ attractivité du domaine.