CHERCHER :

Dissais, un chateau entre civil et religieux

chateau de dissaisDissais

Tour du château

Niché au cœur de la vallée du Clain, à quelques encablures au nord de Poitiers, l’imposant château de Dissais n’a vraiment rien a envié à ses grands frères du Val de Loire.

Pierre blanche, toitures en ardoise, style gothique tardif, survivances de l’architecture médiévale et préfiguration du décor type Renaissance, ce château réalise une sorte de melting-pot des courants artistiques de son époque.

Histoire et architecture

Bien avant le XVe siècle, les évêques de Poitiers possèdent déjà sur la rive gauche du Clain à Dissay, une résidence de campagne. En 1435, Hugues de Combarel, qui occupe alors le siège épiscopal du diocèse, obtient du roi Charles VII l’autorisation de fortifier et de décorer le château ainsi que son église. Une première transformation de l’édifice est alors achevée.

Mais la véritable révolution artistique va s’opérer quelques années plus tard sous Pierre III d’Amboise. Ce dernier va faire bâtir à partir de 1481 un important château de plaine en transformant l’édifice médiéval qui n’était pas à son goût. Son plan évoque fortement celui du château du Plessis-Bouré et de Chaumont. Vaste quadrilatère flanqué de deux tours cylindriques, cet édifice est baigné par les douves qu’alimente le Clain. Sorte de mélange des genres, cette résidence d’agrément n’en reste pas moins un château défensif. A cela, le pont-levis, les douves, les tours munies de canonnières et de meurtrières ne laissent aucun doute quant à une large influence médiévale et de la guerre de cent ans.

Religieusement vôtre

Dissais se révèle être véritablement un château religieux. Ainsi la présence du christianisme et de la liturgie n’en sont pas moins oubliés. En effet, de l’ancienne chapelle collégiale, aujourd’hui détruite, il subsiste des traces de cette vie pieuse. Les vitraux ont été réemployés dans la galerie et la salle de bal au premier étage du logis du château. Ainsi, au dessus de chaque fenêtre des épisodes de la vie du Christ et des allégories des quatre évangélistes éclairent de leur polychromie le parquet d’époque et les murs blancs. De plus, Pierre d’Amboise fait aménager un oratoire octogonal dans la tour nord-est de son château. Cet oratoire est revêtu d’un immense décor peint de style gothique tardif. Ainsi la présence de quelques illustres chevaliers, mais également des scènes christologiques présentent un ensemble bleutée relevé par des ajouts de feuilles d’or. Un effet de voûte étoilé et de quiétude s’en ressent alors.

Bouleversements

Le château va connaître une période d’occupation militaire durant les guerres de religion. En effet, en 1569, Coligny, qui prépare alors le fameux siège de Poitiers, prend possession du château pour y installer sa garnison et son artillerie. A cela s’ajoute les destructions engendrées par la Révolution où en 1792 la collégiale est entièrement rasée. Aujourd’hui, propriété du baron Lassat de Meynard, le château a été réhabilité dans son écrin médiéval pour redonner éclat et splendeur à ce patrimoine régional exceptionnel.

Pratique

Localisation : centre Bourg à Dissay.
Ouverture au public jusqu’au 1er novembre 2012. Et jusqu’au 16 septembre : tous les jours, sauf mercredi. Visite à 10 h, 15 h et 16 h 30. Le reste de l’année pour les groupes uni- quement et sur réservation.
Tarif : 6 €, réduit 3€, enfant moins de 10 ans 2€. Renseignements : 06 73 62 73 18.