CHERCHER :

Equivol : l’alliance des chevaux et des rapaces

Thierry Cadoret et Fanny Fourcard.

Lessac aigle

L’association charentaise Equivol propose des spectacles de fauconnerie équestre, avec pour cet été des baptêmes de fauconnerie, goûters-spectacles ou encore repas concert. Equivol est également présent lors de manifestations diverses.

Créer un spectacle alliant rapaces et chevaux, voilà le pari de Thierry Cadoret et Fanny Fourcard.

Le couple a élu domicile à Lessac en Charente, sur une propriété de trois hectares. De quoi s’adonner à leur passion : la fauconnerie pour Thierry et les chevaux pour Fanny. «Nous avons décidé de créer l’association Equivol en novembre 2008, mais les spectacles ont débuté réellement depuis l’année dernière», précise Thierry Cadoret. Pour l’heure,

Equivol intervient dans des prestations privées telles que les anniversaires, les fêtes de comité d’entreprise,… ou les mariages : «Au mois de mai, nous sommes intervenus pendant un mariage : le mari devait appeler la chouette et celle-ci est arrivée en portant les alliances aux mariés ! C’était une surprise pour les invités puisque personnes n’était au courant», sourit Fanny Fourcard. Avec la création d’un site internet, de flyers, de clip vidéo,… ces dresseurs animaliers comptent bien évoluer dans la fauconnerie équestre. D’ailleurs, ils travaillent actuellement sur des spectacles équestres pour les mois de juin, juillet et août. Toutes les deux semaines, des baptêmes de fauconnerie seront proposés, suivis d’un gouter spectacle (avec deux chevaux en liberté ; sans selle, ni harnais !) ou d’un repas-concert (tous les derniers samedi soirs de chaque mois). Début prévu le 17 juin : «Cela va durer une journée entière car en plus de l’initiation avec les oiseaux et du spectacle, on expliquera le travail quotidien avec les animaux, leurs habitudes,… En plus d’un baptême, c’est comprendre leur fonctionnement et leur mode de vie», précise Thierry. «Surtout qu’un tipi de 10 mètres et une yourte mongole seront installés sur le terrain», enchérit sa compagne.

Et pourquoi ne pas aussi se tourner vers les écoles : un projet pédagogique est en cours de réalisation, afin qu’ils puissent intervenir auprès des enfants. Y sera développé la découverte du peuple mongol et amérindien ainsi que la relation qu’ils peuvent entretenir avec les oiseaux et les chevaux. Des ateliers également autour de la sensibilisation de la nature ou du respect des rapaces, pour affiner le sens de l’observation et la curiosité des enfants. A noter qu’Equivol sera présent lors du Festival «Enfant qui rêve» de Lessac, vendredi 1er juin, de 13h à 13h45.

Contacts :
Equivol, Le Pont, 16500 Lessac. info@equivol.fr. www.equivol.fr

0545714519 – 06 20 23 42 18 (Fanny)  – 06 19 94 07 82 (Thierry)

 

 

LES UNS CARNIVORES, LES AUTRES HERBIVORES

Une chouette effraie, une chouette hulotte, une buse à queue rousse, trois buse de Harris, deux pur-sang arabes, un demi-sang arabe barbe andalou,… tout ce petit monde nécessite bien sûr soin et attention, «un travail de tous les jours». Concernant l’alimentation, «les rapaces mangent 10 à 20% de leur poids par jour. Nous les nourrissons exclusivement avec de la viande», détaille Thierry. A savoir qu’un couple de grosses buses américaines et ses oisillons peuvent avaler un kilo de viande par jour à eux seuls en période d’élevage !

Quant aux chevaux, ils vivent au plus proche de leur état naturel… «Au tant que cela nous est possible» : en groupe, dans les prés été comme hiver, pieds nu (sans fers) et ils ne connaissent pas le mors !