CHERCHER :

Huvelin, la chocolaterie de la 4e génération

Catherine Huvelin

Huvelin chocolat

C’est une histoire de famille comme on les aime, aussi belle que la couleur du chocolat aussi forte que son goût. Depuis 50 ans, Huvelin fabrique du chocolat tout simplement démentiel !

Noir ou au lait, ganache ou praliné, carré ou rond, le chocolat de chez Huvelin se met dans tous ses états pour satisfaire les papilles éveillées de ses clients. Depuis 50 ans, la chocolaterie niortaise a su perdurer un savoir-faire traditionnel qui charme tous les palais.

Dans la famille, ils ont toujours aimé fabriquer des douceurs, l’arrière grand-père et le grand- père faisaient des pâtisseries, Michel Huvelin allait suivre le même chemin, mais il a souhaité ajouter une corde à son arc en devenant chocolatier après une formation en Suisse.

Une chocolaterie authentique

Représentant la 3e génération des Huvelin, Michel décide d’apporter sa touche personnelle et se lance dans la chocolaterie en 1963. La même année, il met à l’épreuve son talent en participant à Intersuc, le salon international de la chocolaterie à Paris. Ce fut un succès. Michel Huvelin avec sa mojette du marais remporte le Ruban bleu, le prix récompensant le meilleur chocolat. Cinq ans plus tard, il quitte Niort pour s’installer dans un atelier plus grand à Aiffres. L’entreprise évolue généreusement. Elle emploie une vingtaine de personnes et travaille plus de 100 tonnes de chocolat qu’elle revend à des confiseurs et pâtissiers sur tout le territoire français. Ambitieux, Michel Huvelin tente même de réaliser son rêve américain à Houston, avec deux confiseurs, mais l’aventure sera de courte durée. Qu’à cela ne tienne, en 1987, il ouvre sa première boutique en son nom à Niort. Mais, en 1995, Michel Huvelin, fête ses 60 ans et décide de faire valoir ses droits à la retraite. Ses enfants n’ayant pas suivi le même chemin que lui, il revend l’entreprise.

Revirement de situation

La maison Huvelin change de propriétaire et d’orientation. « Papa avait vendu la chocolaterie online blackjack flash à une personne issue de la grande distribution, se rappelle Catherine Huvelin, gérante de l’entreprise familiale. Il voulait vendre nos chocolats en grande surface. Il a réussi, mais au détriment des autres clients, qui vexés de voir nos chocolats au supermarché, ont préféré nous quitter. » L’aventure fut de courte durée, au bout de cinq ans, le gérant dépose le bilan et place la société en liquidation. Pour Michel Huvelin, la situation était insoutenable, « il ne voulait pas voir l’entreprise familiale partir aux oubliettes, alors il est venu me chercher. » A l’époque Catherine Huvelin possédait un portefeuille d’assurance, mais elle se laisse tenter par cette nouvelle aventure en famille.

Huvelin est de retour

« J’avais fait une école de commerce et je connaissais parfaitement la qualité des pro- duits de papa, je n’ai pas eu de mal à reprendre les rênes de l’entreprise. » Ainsi depuis 2000, Catherine Huvelin travaille avec son père et le chocolatier Régis Grelard. « A nous trois, nous imaginons chaque année deux nouveaux chocolats. Actuellement, nous proposons plus de cinquante variétés. La mogette reste notre spécialité ainsi que les Grands crus qui ont, eux aussi, obtenu le Ruban bleu au salon Intersuc en 2000.»Il y a dix ans, ils ont repris l’activité d’un confiseur niortais et fait de l’angélique leur deuxième spécialité. « Comme le chocolat est très saisonnier, nous souhaitions développer une activité d’été. » Ainsi l’angélique se transforme en confiture, fruits confits, bonbons et autres gourmandises. Au fil des années, Catherine Huvelin ouvre de nouvelles boutiques, à Niort, La Rochelle et Royan. « Notre prochaine étape est d’être présents dans des épiceries fines et chez des torréfacteurs. » En attendant et pour accompagner ce 50e anniversaire, le trio de choc a concocté une nouvelle friandise au chocolat de Madagascar qui sera à déguster la 3e semaine de novembre chez les revendeurs et dans les boutiques Huvelin.

Lydia de Abreu

 

Interview express :