CHERCHER :

Le renouveau du Roc-aux-Sorciers

roc aux sorciers

Visite roc aux sorciers

Le centre d’interprétation de la célèbre fresque sculptée a été rajeuni et propose de nouveaux éléments qui permettent de découvrir comment vivait une famille magdalénienne à l’époque de la préhistoire. Loin de l’image de sauvage, ils étaient ingénieux et déjà artistes.

Le centre d’interprétation du Roc-aux-Sorciers propose un nouveau visage au visiteur. Les nouvelles installations et vidéos permettent de donner corps aux magdaléniens qui vivaient au pied des falaises d’Angles-sur-l’Anglin. « Nous avons ici un patrimoine unique au monde. Il existe seulement quatre ou cinq abris sculptés en France, souligne Oscar Funtès, le directeur du centre. Le site est monumental et exceptionnel par sa longueur (plus de 20 mètres), le nombre de sculptures, et notamment les figures humaines qui sont très rarement représentées. »

Retour vers le passé

Le cheminement d’entrée permet d’accompagner le visiteur vers la fresque. Il effectue un retour en arrière grâce à l’échelle chronologique. « Nous avons installé un miroir au début de ce parcours pour permettre au visiteur de confronter sa propre image à celle de l’homme préhistorique. » Un peu plus loin, le portrait d’une famille magdalénienne a été installé. « La scientifique qui l’a réalisée part de crânes et de squelettes de l’époque pour reconstituer une image la plus proche possible. C’est aussi faire tomber certaines idées reçues, montrer qu’ils ne sont pas si loin de nous. »

Le parcours se poursuit avec des questions-réponses sur l’époque pré-historique, l’environnement … Il a été complété avec plu- sieurs pièces et objets archéologiques (silex, os, bois, peau …). Une tablette permet de se rendre compte de la dureté d’un os, un peu plus loin, chacun peu toucher une peau de renne, un bois de cerf … « Cela permet aussi de faire un clin d’oeil à la collection du Roc. Près de 10 000 pièces sont conservées au musée d’archéologie de Saint-Germain-en-Laye. Ici, des objets ont été reconstitués et sont présentés. » Le visiteur pourra ainsi apercevoir une dent de poulain sculptée, un pic de sculpteur …

Comment vivaient les magdaléniens ?

Le site propose désormais de découvrir un abri sous roches reconstitué. « Cela donne une assez bonne image de la vie des familles qui séjournaient dans la région. » L’espace couchage, la partie cuisine avec le feu, le coin chasse et pêche ou celui de la taille des Electronic Cigarette pierres ont été recréés. Il faut bien comprendre que quelques mètres plus bas, au pied de la falaise creusée par la rivière, le site offrait, il y a 15 000 ans, un renfoncement ouvert sur l’extérieur et orienté plein sud. Une cavité idéale pour vivre, dormir, manger. Au fil du temps, le lieu a été sculpté. Mille ans plus tard, l’effondrement d’une partie de cet abri a rendu l’accès impossible au site, mais l’a aussi protégé. C’est ainsi qu’à notre époque, ces traces de nos ancêtres ont pu nous parvenir. Les hommes et femmes qui vivaient là, habitaient ainsi. Une borne tactile permet de montrer comment les différents objets (vêtements, ustensiles de cuisine, de pêche …) ont été fabriqués.

« Il y a des éléments caractéristiques du Roc : les Vénus (petites sculptures de quelques centimètres), les aiguilles à chas, les coquillages gravés ou encore les pointes de sagaie … »

Un nouveau film

Le visiteur arrive alors à la reconstitution de la fresque. « C’est un moulage de la paroi au millimètre près. » Elle est décomposée en huit panneaux distincts. « C’est une frise que le visiteur peut toucher, approcher, sentir une bouche, une oreille, les coups donnés sur la roche. » La première partie propose un couple de bison, des chevaux et se termine par le panneau des trois femmes (une représentation unique pour l’époque). La deuxième partie représente en très grande majorité des bouquetins, accompagné d’un profil humain. « En regardant ces différents panneaux, pour chaque sculpture, nous essayons de répondre à la question : qu’ont-ils voulu raconter ? »

Pour compléter et terminer la visite, le visiteur assiste à une projection d’un film sur la réplique intégrale de la fresque. « Cela permet de se rendre compte de la profondeur. Le spectacle de 2008 a été retravaillé pour arriver à 17 minutes d’explications et d’images. » Il est complété par un film de 10 minutes sur les gestes. Le visiteur voit alors tout ce qu’un magdalénien pouvait faire, de quelles astuces il usait pour transformer, cuire ses aliments … Il ne faisait pas que chasser et dormir, il créait des sculptures, de la musique (des flûtes et des sifflets ont été retrouvés). De quoi le rendre plus réel …

MATHILDE WOJYLAC

 

 

Plus : www.roc-aux-sorciers.com

De nombreuses animations et des nocturnes sont proposées.