CHERCHER :

L’ecomusee, le musee qui vous entoure

L'animatrice Anne décrit la culture des huîtres.

Les scolaires et touristes peuvent dans ce lieu découvrir l’ostréiculture, la faune, la flore, le panorama : en un mot, l’estuaire de la Charente. Et cet été, il y a aussi des visites des fortifications de l’île Madame.

Après avoir visité l’écomusée de Port-des-Barques, vous saurez qu’il faut un démanchoir pour détroquer (séparer) les huîtres adultes entre elles, mais qu’il faut un gratte-à-tube pour les détroquer du collecteur (elles sont alors juvéniles). Vous saurez aussi que sur 100 000 huîtres, une seule parvient à maturité. Les autres sont bien souvent dévorées par les prédateurs que sont les bigorneaux perceurs, les étoiles de mer, les crabes, les dorades et les huîtriers pies (oiseau) ou simplement victimes de la sélection naturelle. L’écomusée continue de retracer la vie de l’huître et des hommes qui les élèvent. Il raconte également comment la culture s’est diversifiée depuis quelques années.

Des cartes postales au panorama

Créé en 1994 sous l’impulsion de l’association « Patrimoine et avenir de l’estuaire charentais », l’écomusée avait pour vocation de faire perdurer le patrimoine et l’histoire de l’ostréiculture en les faisant découvrir pour mieux les préserver. « Au départ, nous présentions une importante collection de car- tes postales », se souvient Jacques Texier, le président de l’association.

Depuis, de la documentation les a remplacé en partie et la collection d’outils anciens a augmenté. Aujourd’hui, de nouvelles activités sont proposées aux visiteurs. « Nous nous sommes ouverts au panorama et à ce qu’il contient », résume Jacques Texier. La faune, la flore, le phénomène des marées, mais aussi la chaîne alimentaire et les fortifications qui jalonnent le paysage, les forts Lupin, Lapointe (dit Vasou), Boyard, Vauban et l’ensemble des fortifications de l’île Madame rat- tachées à Port-des- Barques sont entrés au musée. « Tous les dimanches d’août, nous organisons des visites conférences sur l’île, explique Anne, l’animatrice de l’écomusée. Et le 14 juillet, nous en faisons une visite nocturne. »

Culture des huîtres et pêche à la crevette

Depuis le mois de février, environ 1 000 écoliers sont venus apprendre la vie et l’élevage des huîtres dans la cabane Marius, dédiée aux scolaires. L’été venu, ils sont remplacés par les touristes, environ 3 500 par an qui viennent en famille apprendre, mais aussi pêcher. Car l’écomusée a prévu, pendant la visite de ses claires, des balances pour que les enfants attrapent des crevettes. Ils passeront ensuite à deux filets beaucoup plus grands, sur la Charente : des carrelets installés au bout du ponton et qui surplombent un parterre de salicorne. Et la pêche, ça semble plaire à tout le monde.

PRATIQUE

De juin à septembre : du lundi au samedi, de 10h à 12h et de 15h30 à 18h30. Cet été, des visites sont aussi organisées pour les fortifications de l’île Madame. Plus sur : ecomuseeportdesbarques.net