CHERCHER :

Punk is « Not » « Dead » !

Le grand soir

Dernier film du duo de réalisateurs grolandais déjantés Benoît Delépine et Gustave Kerven, « Le Grand Soir » est prix spécial du jury au festival de Cannes dans la catégorie « Un certain regard ». Il a été tourné en grande partie à Angoulême. Retour sur les lieux du tournage avec le réalisateur chéri des charentais.

Au-delà des têtes d’affiches devant et derrière la caméra, « Le Grand Soir » doit beaucoup à ce que Benoît Delépine (Mickael Kael, pour les Grolandais) appelle affectueusement « l’aide des Grolandais de l’ombre ».
Christophe Delaide est l’un d’eux  et c’est  dans son restaurant « La Pataterie » installé dans la zone commerciale des Grandes Vallées que l’équipe a tourné les scènes de « cocon familial ». « Une zone commerciale, c’est plat ! Celle-ci est vallonnée. Avec Gus (Gustave Kerven), cela nous offrait différents axes de caméra », commente Benoit Delépine, le regard au loin, se remémorant « la beauté des couchers de soleil … ». Christophe Delaide se souvient lui des fous rires qu’il a dû contenir régulièrement pour ne pas « faire foirer la prise ».
« On a une façon très particulière de travailler. On est une petite équipe et on privilégie le moment de grâce. Pas de plongée, de contre-plongée, de champ/contrechamp …, explique le réalisateur. Pour un acteur, ça signifie de ne pas se louper. Quand Benoît (Poelvoorde) fait son laïus au micro, on ne coupe pas. Il faut qu’il soit bon ! Et nous, on est content : on n’a plus à s’emmerder avec cette scène-là (rires). Et on passe à une autre. »
« Ce sont des pros et ils ont bossé, mais on s’est quand même bien marré ! », admet avec un sourire qui en dit long le patron de l’établissement. Le clap de fin dédicacé par les réalisateurs et offert en fin de tournage en témoigne …

Avant-première en terre affective

Et pendant que son duo d’acteurs assure la promo  pour la deuxième fois sur le plateau du Grand Journal de Canal + en répondant à un quizz sur l’esprit punk, le réalisateur charentais présentait « Le Grand Soir » en avant-première, jeudi 31 mai au cinéma Némo du centre national de la BD à Angoulême.
20 h 30, la salle est comble pour la première projection où Christophe Delaide prend place. 92 minutes plus tard, les applaudissements retentissent malgré l’absence de Gustave Kerven pour les chronométrer. Avant la projection, Benoit Delépine l’a excusé : « Cannes a été un peu chaud… et Gus a un peu honte en ce moment en feuilletant les journaux. Comme il y a un apéro après, il a préféré passer son tour. Trop attractif ! » Sur la terrasse et autour du buffet, les commentaires saluent les performances de Benoît Poelvoorde et Albert Dupontel, la prestation de Brigitte Fontaine, la direction et mise en scène du chien (« qui a dû être punk dans une autre vie ») pendant que le réalisateur charentais s’interroge à chaque départ d’un des invités en reprenant une réplique du film : « On aurait peut-être pas dû faire ça en semaine ? »
Sauf que la 2e projection est en phase terminale et qu’il est déjà plus de minuit quand arrive l’autre sujet du moment : le Gromiam ! Le 3 « join », le Musée International des Arts Modestes de Sète accueille les 20 ans du Groland et retrace l’histoire de la précipauté à l’amphore. En juillet et août, l’exposition est ouverte tous les jours, dimanche compris ! Normal, « le dimanche, on ne fait rien comme des gros manches ! »

 

Confidences de tournage

Billy Bob : chien punk !

Lauréat du Grand Prix des Palm Dogs (prix parodique récompensant les performances de la gente canine des films en lice sur le festival de Cannes), Billy Bob, le jack Russel confident du « plus vieux punk à chien d’Europe » est réellement le chien de Benoît Poelvoorde. Et pendant le tournage, ses performances maxillaires ont été notoirement remarquées, la quasi-totalité de l’équipe s’étant fait mordre …

Vrais punks à chien à l’heure …

Pour les besoins du tournage, les réalisateurs ont donné rendez-vous à une bande de jeunes dans les rues d’Angoulême, un matin à 8 h 30. « Ils sont arrivés bourrés ! Ils avaient bu pour ne pas s’endormir et être sûrs d’être à l’heure … »