CHERCHER :

World Trade Center, un lieu a reconstruire

exposition world trade center

Ground Zéro est en pleine reconstruction. L’exposition présente le nouveau visage de ce lieu mythique, chargé de symbolisme.

Peu après les attentats du 11 septembre 2001, la ville de New-York a voulu panser ses plaies en lançant un grand projet de reconstruction. Un ensemble de buildings modernes, un mémorial et un musée ont alors été imaginés à la suite d’un concours international. Le site abritait et abritera un World Trade Center. Celui de Poitiers-Futuroscope a voulu, en partenariat avec la Maison de l’architecture, mettre en lumière ce nouveau projet architectural sur le site de Ground Zero et valoriser le réseau et les actions des WTC.

Une symbolique forte

Au milieu de la salle, des panneaux reprenant les formes des futurs buildings, présentent une vue d’ensemble de la tour, des éléments techniques et quelques mots sur l’architecte. « Les deux tours de New York étaient très présentes dans l’inconscient collectif. C’est un des lieux les plus sensibles de la ville. Un ensemble de bâtiments a été privilégié, plutôt qu’un tour phare », explique Patrick Vettier, président de la Maison de l’architecture Poitou-Charentes. Le visiteur perçoit aisément tout le symbolisme de ce projet. « Au milieu, deux grandes fontaines ont été construites. A la périphérie cinq tours mélangent les styles. Et entre 8 h et 11h,il n’y a pas une ombre sur le site. » Autre exemple, la Freedom Tower, conçue par David Childs mesure 1776 pieds (soit 541 mètres). Là encore le symbolisme est fort (année d’indépendance des Etats-Unis). Le site rassemble des grandes signatures de l’architecture mondiale : Norman Foster, Richard Rogers, Fumihiko Maki. Ground Zéro est aussi un nœud ferroviaire important, un « hub » ou gare de transports, en ailes d’oiseau a donc été construit. Un musée mémorial et un centre culturel complètent le projet. « De nombreux artistes ont été invités. C’est pour les Américains une façon de porter la mémoire des victimes. » Ce projet gigantesque en est encore à ses débuts. La dernière tour devrait être livrée en 2016. « C’est un projet emblématique, qui touche tout le monde. Le design s’efforce ici de rendre visible ce qui est absent. »

Un réseau actif

C’est aussi le moyen de montrer que malgré la chute des bâtiments emblématiques du réseau, les WTC continuent leurs actions. Le mouvement a été initié par David et Nelson Rockeffeler, après la seconde guerre mondiale. L’homme d’affaires et le gouverneur de l’Etat de New York ont voulu construire un centre d’affaires qui rayonnerait au-delà des frontières. Les deux tours de New York seront le premier Worl Trade Center. C’est aujourd’hui une chaîne de 300 structures à travers le monde, avec 12 en France dont celui de Poitiers-Futuroscope. Ainsi, un membre peut disposer aisément d’un bureau, de services à l’autre bout du monde. Dans la Vienne, le groupe Futurexport compte 110 adhérents. Une des entreprises participantes, Johnson Filtration System, à Availles-en-Châtellerault, a d’ailleurs fourni des pièces métalliques pour la construction d’un building. L’exposition sera hébergée ensuite dans les différents WTC de France et à l’étranger.

M. W.

 

Info Plus

 

Exposition:

du lundi au vendredi,de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 17 h 30 et les samedis de 15 h à 18 h. A la maison de l’architecture jusqu’au 10 novembre. Entrée libre.

Conférence : “La reconstitution d’un site”, mardi 25 septembre, à 19 h. Réflexions et analyse du projet dans le contexte de l’après 11 septembre et de la nouvelle donne internationale. Conférence animée par Frédérique Edelmann, journaliste et spécialiste en architecture.

Projection : “Pecha Kuucha : American Dream”, mardi 16 octobre, à 19 h. 20 images, 20 secondes, c’est le format imposé. Les intervenants n’auront que 6’40 min pour faire découvrir ce qui les interpelle aux Etats-Unis. Un exercice dépaysant. Le Tap Cinéma propose aussi des projections où New-York tient un rôle prépondérant. Le 27 septembre sera proposé “M. Foster ?” De Carlos Caracas, en présence d’architectes. Et pour le jeune public les Archi-goûter.